Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Nos voyages lents, Saint-Jacques, Shikoku,...

Nos voyages lents, Saint-Jacques, Shikoku,...

Pour vous faire partager nos voyages lents sur les chemins de Saint Jacques et tous les beaux chemins du monde...

Publié le par Pascale Aurejac Rovira
Publié dans : #Japon Shikoku

Nous nous habituons très bien aux petits déjeuner japonais et commençons à réfléchir à la manière de les adapter chez nous.

J56 : retour au temple 6 pour fermer la boucle

Petit point sur les Yucata que nous trouvant quasiment systématiquement dans nos hébergements japonais.

Ce ne sont pas des kimono, qui eux doivent être portés avec un sous vêtement notamment pour absorber les odeurs corporelles, le kimono est fait de tissus précieux.

Le yokata est un vêtement décontracté, il peut se porter sans occasion spécifique. Ils sont principalement en coton. Ils sont aussi encore beaucoup utilisés comme pyjamas.

Il n’est pas utile de se charger pour voyager au Japon, partout les brosses à dent et un petit tube de dentifrice sont fournis (sûr c’est pas très bon pour la planète, nous en faisions suivre un avec nous jusqu’à épuisement puis nous en prenions une autre). Sont aussi fournis le shampoing souvent assorti du conditionneur, ainsi que le savon ou le gel douche, dans les o furo (salle d’eau avec baignoire profonde ou s’immerger après s’être bien lavé). Vous aurez aussi souvent à disposition à minima une petite serviette en coton fin rectangulaire, elles sont parfois données.

Une fois dans un onsen nous n’avions rien, vous le verrez vite, ils vendent le petits kits.

J56 : retour au temple 6 pour fermer la boucle
J56 : retour au temple 6 pour fermer la boucle
J56 : retour au temple 6 pour fermer la boucle
J56 : retour au temple 6 pour fermer la boucle
J56 : retour au temple 6 pour fermer la boucle
J56 : retour au temple 6 pour fermer la boucle

En sortant du petit déjeuner, nous nous arrêtons devant une série de machines installées dans le couloir. Fauteuils, bancs et bottes massantes.

Nous décidons de tester les bottes massantes, c’est très agréable ! Nous aurions dû faire ça avant. Des picots roulent sous les pieds avec une alternance de pressions différentes, la cheville est maintenue, relâchée, pour favoriser le retour veineux, après ça le pied est bien léger.

J56 : retour au temple 6 pour fermer la boucle
J56 : retour au temple 6 pour fermer la boucle

Nous pouvons partir, le ciel est bleu, l’air frais et la route tracée pour 20km environ.

J56 : retour au temple 6 pour fermer la boucle
J56 : retour au temple 6 pour fermer la boucle

Nous revenons par une route un peu fréquentée dans un premiers temps, en longeant les montagnes, ces montagnes dans lesquelles nous avons marché parfois avec difficulté mais toujours avec bonheur.

J56 : retour au temple 6 pour fermer la boucle
J56 : retour au temple 6 pour fermer la boucle

Une jolie petite maison derrière des bananiers, pas de fruits locaux, les bananes viennent des Philippines.

J56 : retour au temple 6 pour fermer la boucle

Une ancienne locomotive, nous prenons le temps de flâner.

J56 : retour au temple 6 pour fermer la boucle

Pause café au soleil, ça fait du bien.

J56 : retour au temple 6 pour fermer la boucle
J56 : retour au temple 6 pour fermer la boucle

Nous avons dû traverser le tunnel le plus long de notre périple 1,7km. C’est ma vision du purgatoire, le bruit des voitures raisonne, c’est sombre, une couche fine de poussière noire recouvre tout, nous avançons dans ce bruit de manière mécanique l’un derrière l’autre en faisant bien attention de ne pas butter car les voiture se suivent de près et rasent le petit trottoir haut sur lequel nous marchons.

Ne pas se laisser emporter par les pensées rester attentif, même pas conseillé de s’évader en rêvant.

Et après un très long moment ouf la sortie, le soleil. Mais imaginez cette marche sans fin...

J56 : retour au temple 6 pour fermer la boucle
J56 : retour au temple 6 pour fermer la boucle

Pause déjeuner dans un restaurant Udon, ils se suivent à quelques kilomètres près. Nous nous arrêtons au premier, nous sommes accueillis par une jeune femme, alors que nous hésitions devant la carte des menus, la lecture de Kanji hélas me restera toujours fermée, une dame énergique et souriante nous propose d’office les udon de la maison.

Ils sont servis dans un grand plat en bois dans de l’eau chaude. Nous avons chacun un petit bouillon avec un œuf battu délayé dedans et c’est accompagné d’une petite assiette de cives émincées et de gingembre écrasé. Il faut réussir à transvaser les udon (grosses pâtes de farine de blé) dans notre petite soupe, y ajouter les aromates, il y a aussi un petit pot d’épice si besoin.

C’est un régal, la patronne vient voir si tout se passe bien et repart souriante, toujours nous engageant à y aller doucement, pour finir.

Nous avons droit en plus à un café et une part de gâteau, le tout pour 1000 yens.

Elle nous a renvoyé sur la route avec un sachet en tissus rempli de bonbons. 

J56 : retour au temple 6 pour fermer la boucle

Plus loin sur l’aire de repos d’une station routière, c’est un petit monsieur qui nous donne à goûter une plaque fine et brun clair pour reprendre des forces.

C’est très sucré et au gingembre. Quel stock de sucre d’un coup alors que nous en étions plutôt privés, sans trop de peine.

Il faut dire que nous sommes encore depuis le temple 66 jusqu’au 88 dans la préfecture de Kawaga, qui symbolise dans le périple le Nirvâna. La dernière partie de la boucle.

J56 : retour au temple 6 pour fermer la boucle

Nous revoici devant le temple 6 là où nous avions rencontré Marie, Gaetan et René.
Incroyable, déjà... Malgré la conscience de la rapidité des bons moments et la volonté d’en savourer chaque minute pour les faire durer, le temps galope trop vite.

Nous ne sommes pas très nombreux ici  ce soir.

J56 : retour au temple 6 pour fermer la boucle
Commenter cet article