Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Nos voyages lents, Saint-Jacques, Shikoku,...

Nos voyages lents, Saint-Jacques, Shikoku,...

Pour vous faire partager nos voyages lents sur les chemins de Saint Jacques et tous les beaux chemins du monde...

Publié le par Pascale Aurejac Rovira
Publié dans : #Camino Del Norte

Hier soir notre auberge n’a jamais réussi à être chauffée, le propriétaire est passé une paire de fois avec des outils puis il a disparu. Nous sommes sortis pour dîner, nous avons suivi les garçons Rafa et Jesus car beaucoup de choses étaient fermées et le bar ouvert n’avait rien à manger. Nous nous sommes retrouvés au bar municipal, c’est un lieu ouvert où les gens se retrouvent pour jouer, boire un coup, regarder la télévision. On peut y boire et y manger. 
Les gens jouaient à une sorte de petits chevaux ou à ce jeu de carte espagnol (les bâtons je crois). Les deux jeunes se sont mis aux dominos.

Nous avons pris un vermouth et un hamburger ainsi qu’un riz au lait. Beaucoup de trucs ou tout est congelé mais bon et surtout il fait chaud. Quand la dame qui tient le lieu a su d’où nous venions et comme nous étions frigorifiés, elle nous a dit qu’elle avait grandit dans cette auberge et qu’il y avait toujours fait très froid.

Du coup le passage avec les outils mise en scène ? Nous ne le saurons jamais, mais ce matin alors que nous avions tout rapatrié dans la chambre en misant sur la chaleur humaine, je vous garantis que tout était aussi trempé que la veille.

Nous avons changé notre fusil d’épaule pour ce soir et avons décommandé la pension pour une albergue où nous pourrons avoir accès à un lave linge et surtout un sèche linge. Ce qui n’est pas le cas dans les hôtels ou les pensions. Il faut trouver une laverie automatique, pas évident dans les petites villes. De plus les hôtels et les pensions ne sont pas très équipés pour les pèlerins qui ont besoin de mettre les capes, protèges sacs et autres vestes et pantalons de pluie à sécher. Rampes de prises pour les téléphones et tablettes, espaces où se poser…

Notre dîner au bar municipal.
Notre dîner au bar municipal.

Notre dîner au bar municipal.

Changement de stratégie anti pluie teeshirt, sous pull à manche longue, polaire humide, et veste gore tex humide, pantalon de jogging du soir sous le pantalon de pluie et la cape pour moi 

Teeshirt à manche longue, polaire et cape, pantalon et pantalon de pluie sous la cape pour Jean-Louis. Bien sûr les protégés sacs.

Pour ce soir nous gardons au sec le pantalon sous le pantalon de pluie (espérons que ça tienne au sec), un teeshirt et la polaire. Tout le reste est trempé. Nous misons sur le lave linge et sèche linge de l’étape du soir.

Courage l’étape n’est pas longue.

Cette albergue serait très bien s’il y avait du chauffage

Cette albergue serait très bien s’il y avait du chauffage

Une providentielle boulangerie, confiturerie, bar ouverte à la sortie du village. Quel plaisir de boire une boisson chaude et des toasts grillés avant de ressortir affronter le mauvais temps.

Petit déjeuner dans une boulangerie

Petit déjeuner dans une boulangerie

Nous aurons pris la flotte quasiment toute la journée, petite pluie fine, pluie diluvienne. Chemins boueux, gadoue, nos chaussures sont définitivement trempées plus qu’à espérer que l’eau qui imbibe nos pieds se réchauffe un peu.

Ce qui est dingue c’est que nous repartons un matin après l’autre et que pendant ces journées difficiles le corps oublie les autres petits bobos pour nous permettre d’avancer. Et quand vient le soir après une bonne douche ce sont les jolis moments qui restent.

Chemins pluvieux et un gué à passer sur des cailloux recouverts d’eau.
Chemins pluvieux et un gué à passer sur des cailloux recouverts d’eau.
Chemins pluvieux et un gué à passer sur des cailloux recouverts d’eau.
Chemins pluvieux et un gué à passer sur des cailloux recouverts d’eau.

Chemins pluvieux et un gué à passer sur des cailloux recouverts d’eau.

Passage au sec dans la petite ville d’El Pitu. Ici se trouve le Palacio Selgas habité jusqu’au 19e par une famille riche et influente qui défendait la culture et l’éducation. Plus tard une fondation a été crée pour préserver le palais et ses trésors. Goya, Le Greco et de précieuses tapisseries.

Le palais, l’église et des eucalyptus géants à El Pitu
Le palais, l’église et des eucalyptus géants à El Pitu
Le palais, l’église et des eucalyptus géants à El Pitu
Le palais, l’église et des eucalyptus géants à El Pitu

Le palais, l’église et des eucalyptus géants à El Pitu

Nous avons à nouveau vu l’océan et ses petites plages mais nous ne nous sommes pas éternisés

Nous avons à nouveau vu l’océan et ses petites plages mais nous ne nous sommes pas éternisés

Nous avons aussi jonglé avec l’autoroute et le train 

Les ponts immenses pour l’autoroute, des tunnels pour passer au dessous…
Les ponts immenses pour l’autoroute, des tunnels pour passer au dessous…
Les ponts immenses pour l’autoroute, des tunnels pour passer au dessous…

Les ponts immenses pour l’autoroute, des tunnels pour passer au dessous…

Notre objectif était d’arriver autour de midi à la petite ville de Soto de Luiña pour y faire une pause déjeuner. Nous sommes surpris par la ville qui ne nous emballe pas alors que nous avons suivi les panneaux indiquant la distance qui se raccourcissait doucement mais aussi le logo patrimoine mondial de l’Unesco. En fait c’est parce que l’hôpital des pèlerins et l’église de Santa Maria sont tous les deux liés au passage du Camino de Santiago à travers la paroisse.

L’église et la statue du pèlerin avec Saint Jacques de Soto de Luiña
L’église et la statue du pèlerin avec Saint Jacques de Soto de Luiña
L’église et la statue du pèlerin avec Saint Jacques de Soto de Luiña
L’église et la statue du pèlerin avec Saint Jacques de Soto de Luiña

L’église et la statue du pèlerin avec Saint Jacques de Soto de Luiña

C’est en tous cas un endroit où se trouve un bon restaurant ! Nous nous sommes régalés de soupe chaude et de sardines grillées pour Jean-Louis. Moi j’ai pris des œufs au plat. Nous avons terminé avec un bon flan et un petit café. Parés à partir pour un peu plus de 5 km pour atteindre la gare de Novellana transformée en auberge.

Restaurant de Soto de Luiña qui nous a offert un petit repas d’une heure

Restaurant de Soto de Luiña qui nous a offert un petit repas d’une heure

Et sur notre chemin d’amicaux animaux qui sont venus chercher une caresse, une parole, il y a même eu un drôle de petit rouge gorge qui a sautillé devant nous pendant quelques minutes sur plus de 50 mètres. Les petits plaisirs de chemin.

J38 Muros de Nalón à Castañeras 23 km D+ 602 m
J38 Muros de Nalón à Castañeras 23 km D+ 602 m
Nous voici dans la petite ville de Novellana et son école antique
Nous voici dans la petite ville de Novellana et son école antique
Nous voici dans la petite ville de Novellana et son école antique
Nous voici dans la petite ville de Novellana et son école antique

Nous voici dans la petite ville de Novellana et son école antique

L’auberge est très joliment restaurée, un couple anglo espagnol y vit et accueille les pèlerins. Luz et Simon qui donne des cours d’anglais par internet de 17 à 19h. Nous avons pris nos quartiers près du poêle à pellets. 
Le dîner proposé par nos hôtes est excellent, salade de tomates, olives noires et mozzarella lasagnes de légumes pour moi, chili con carne pour Jean-Louis 

ici nous avons retrouvé Jesus et Rafa, ils nous ont appris un jeu d’adresse. Demain ils font près de 30 km, nous nous arrêterons à 18 km.

Un endroit propice a la détente, un jeu d’adresse et Jean-Louis s’est fait un nouveau copain
Un endroit propice a la détente, un jeu d’adresse et Jean-Louis s’est fait un nouveau copain
Un endroit propice a la détente, un jeu d’adresse et Jean-Louis s’est fait un nouveau copain
Un endroit propice a la détente, un jeu d’adresse et Jean-Louis s’est fait un nouveau copain
Un endroit propice a la détente, un jeu d’adresse et Jean-Louis s’est fait un nouveau copain

Un endroit propice a la détente, un jeu d’adresse et Jean-Louis s’est fait un nouveau copain

J38 Muros de Nalón à Castañeras 23 km D+ 602 m
J38 Muros de Nalón à Castañeras 23 km D+ 602 m
J38 Muros de Nalón à Castañeras 23 km D+ 602 m
Commenter cet article