Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Nos voyages lents, Saint-Jacques, Shikoku,...

Nos voyages lents, Saint-Jacques, Shikoku,...

Pour vous faire partager nos voyages lents sur les chemins de Saint Jacques et tous les beaux chemins du monde...

Publié le par Pascale Aurejac Rovira
Publié dans : #Finisterra, #Muxia

Hier soir je suis ressortie pour dîner car je pensais que le restaurant de l’hospederia était fermé, ce n’était pas le cas tant pis. C’est que ça me coute de ressortir, il fait nuit, humide et seule ce n’est pas trop rigolo les restaurants. L’autre problème si tant est que ce soit vraiment un problème c’est que souvent ils ne servent pas avant 20h. En plus il y a vraiment du monde dans la vieille ville. Je décide donc d’entamer la descente que j’aurai à prendre demain et pas très loin devant un bar qui fait aussi à manger se trouve une dame (en fait, la cuisinière). Elle est ok pour me faire à manger avant. Je vais donc avoir une bonne soupe Galicienne, une darne de saumon à la plancha avec ses pommes de terre revenues et un gâteau au chocolat que j’ai pu avoir sans crème, j’ai arrêté le patron dans son élan de recouvrir le bout de gâteau ouf ! Je n’aime pas la façon dont ils inondent tous les desserts de chantilly.

J’adore leur Caldo Galego

J’adore leur Caldo Galego

Le complexe hospederia, seminario Mayor San Lartin Pinario
Le complexe hospederia, seminario Mayor San Lartin Pinario

Le complexe hospederia, seminario Mayor San Lartin Pinario

Autant j’aime partit tôt autant je n’aime pas ressortir le soir

Autant j’aime partit tôt autant je n’aime pas ressortir le soir

La ville est parée pour les fêtes de Noël

La ville est parée pour les fêtes de Noël

Je réussis à partir vers 8h15 et j’en profite pour faire une photo du Parador, sur la place de la cathédrale magnifique bâtiment lui aussi mis à l’heure de Noël avec ses beaux sapins illuminés.

L’entrée magnifique du Parador

L’entrée magnifique du Parador

Puis je file le cœur léger seule dans les rues humides et bien éclairées. La pluie ce sera certainement pour plus tard. 
Arrivée au bas de la ville, je tourne comme une toupie n’arrivant pas à comprendre quelle rue je dois prendre. Je ne vois aucun signe quand soudain un peregrinos arrive, c’est un jeune allemand qui parle bien anglais et lui, il voit de suite le tracé.

Nous allons faire le chemin ensemble presque jusqu’à Negreira, lui il a continué. Je suis contente d’avoir pu bien échanger sur des choses très personnelles et profondes avec lui même avec mon anglais pas très académique. 

Nous avons pris des litres de flotte sur la tête aujourd’hui, sans discontinuer et mes chaussures, la cape, les bas de pantalon et les épaules sont trempées mais l’auberge est bien chauffée même si je ne sais pas trop où étendre les affaires. 

Les ruelles pour quitter Santiago toutes mouillees

Les ruelles pour quitter Santiago toutes mouillees

Dommage le ciel est bouché mais quand même point de vue sur la cathédrale

Dommage le ciel est bouché mais quand même point de vue sur la cathédrale

Je n’ai pas pu faire beaucoup de photos avec cette flotte, mais j’ajoute un peu à la collection d’horreos.

J52 Santiago de Compostelle à Negreira 21,9 km et 430 D+
J52 Santiago de Compostelle à Negreira 21,9 km et 430 D+
J52 Santiago de Compostelle à Negreira 21,9 km et 430 D+
Une jolie maison contemporaine

Une jolie maison contemporaine

Augapesada, le pont romain

Augapesada, le pont romain

Sur l’étape du jour, des sentiers forestiers, un peu de bitume et de petits hameaux et leurs habitations abandonnées. 

Un joli chemin forestier qui grimpe bien.

Un joli chemin forestier qui grimpe bien.

Un autre joli pont à franchir, il donne à voir sur de belles propriétés de part et d’autre dont une propriété médiévale au milieu d’un parc. Ce pont date du 14e remanié au 18ème.

Le pont gothique qui enjambe le Rio Tambre
Le pont gothique qui enjambe le Rio Tambre
Le pont gothique qui enjambe le Rio Tambre
Le pont gothique qui enjambe le Rio Tambre

Le pont gothique qui enjambe le Rio Tambre

Puis c’est l’arrivée sur Negreira, à la sortie de la ville il y a une jolie place en face d’une vieille propriété restaurée au 17ème et 18ème Pazo do Cotón je n’en sais pas plus. 

Negreira
Negreira
Negreira
Negreira

Negreira

À Neigrera une belle maison blanche

À Neigrera une belle maison blanche

L’albergue de la région se trouve à 600 m du cœur du village, à sa sortie. Fonctionnelle propre, cuisine fermée et pas de laverie. Une bonne douche, je me changerai complètement demain, si je trouve une laverie ou si je peux faire sécher sur ou devant des radiateurs. Une fois n’est pas coutume. Il n’y a même pas de journaux pour faire sécher les chaussures. La jeune femme de l’auberge me file quelques feuilles de papier pour me dépanner, pas sure de l’efficacité mais ça se tente.

L’auberge de Negreira
L’auberge de Negreira
L’auberge de Negreira

L’auberge de Negreira

J’ai déjeuné à l’heure espagnole vers 14h30 le menu fort copieux entrée pois chiches, soupe et pâtes, le dessert je l’ai embarqué avec un sandwich jambon fromage, je ne veux pas ressortir surtout s’il pleut. 
Dans l’albergue il y a un monsieur espagnol que j’ai dû croiser au restaurant tout à l’heure, il s’est installé dans l’autre dortoir. Il a l’air de souhaiter la paix autant que moi. Demain, je pars tôt, l’étape est longue.

Très copieux repas pour préparer une bonne étape demain
Très copieux repas pour préparer une bonne étape demain
Très copieux repas pour préparer une bonne étape demain

Très copieux repas pour préparer une bonne étape demain

Commenter cet article
F
Mais c'est que tu rentres à pied jusqu'à Muret ?<br /> je croyais que Santiago etait le terme du voyage ?
Répondre
A
Tu l’as l’air bien tristounette Pascale… il est peut être temps de rentrer à la maison?
Répondre