Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Nos voyages lents, Saint-Jacques, Shikoku,...

Nos voyages lents, Saint-Jacques, Shikoku,...

Pour vous faire partager nos voyages lents sur les chemins de Saint Jacques et tous les beaux chemins du monde...

Publié le par Pascale Aurejac Rovira
Publié dans : #Camino Mozarabe

Hier soir, comme conseillé par madame le maire, compte tenu des températures l’après-midi nous sommes partis pour découvrir la forteresse qui surplombe le village. Nous sommes partis vers 7:30 en espérant bien voir les peintures rupestres avant munis des explications de Michel et de madame le maire. 

Seuls quelques chats écrasés au sol par la chaleur nous regardent indolemment passer avec une économie de mouvement qui force le respect.

Mais nous grimpons, pas allègrement mais nous grimpons appréhendant la vue très lointaine qui s’ouvre progressivement à nous.

Points de vue à l’infini ou presque ça vaut vraiment la peine de grimper
Points de vue à l’infini ou presque ça vaut vraiment la peine de grimper
Points de vue à l’infini ou presque ça vaut vraiment la peine de grimper
Points de vue à l’infini ou presque ça vaut vraiment la peine de grimper

Points de vue à l’infini ou presque ça vaut vraiment la peine de grimper

Nous n’avons pas su voir les peintures rupestres, voilà une raison supplémentaire de revenir ici !

Par contre nous avons adoré nous promener sur le large promontoire et admirer les restes de cette grande forteresse. Il y a quelques tours dont une romaine, une église construite sur une mosquée avec des voûtes romanes, un cimetière et des vestiges des anciennes cuisines, salles, …

Nous avons joué avec la belle lumière du coucher du soleil, magnifique et assisté à un très beau coucher de soleil sur les montagnes en face.

Quelques vues de l’ensemble de la forteresse
Quelques vues de l’ensemble de la forteresse
Quelques vues de l’ensemble de la forteresse
Quelques vues de l’ensemble de la forteresse
Quelques vues de l’ensemble de la forteresse
Quelques vues de l’ensemble de la forteresse
Quelques vues de l’ensemble de la forteresse
Quelques vues de l’ensemble de la forteresse
Quelques vues de l’ensemble de la forteresse

Quelques vues de l’ensemble de la forteresse

Lumière du couchant
Lumière du couchant
Lumière du couchant
Lumière du couchant

Lumière du couchant

Coucher de soleil sur Magacela
Coucher de soleil sur Magacela
Coucher de soleil sur Magacela

Coucher de soleil sur Magacela

Nous redescendons tranquillement et avons la chance de faire la connaissance d’Isabelle, la propriétaire de la charmante casa rural où nous avons demeuré. 

En redescendant à la casa rural

En redescendant à la casa rural

Ce matin, après un excellent petit déjeuner, nous nous mettons en chemin à 7:30, étape pas très longue mais la chaleur nous est promise aussi, nous ne traînons pas. Nous traversons le village ce qui nous occasionne la belle grimpette du jour. Nous longeons un agréable paséo et en sortant du village, nous avons la surprise de voir madame le maire avec une employée municipale en train de nettoyer les fleurs de l’espace public. Elle s’enquiert de notre soirée et de notre nuitée et nous recommande d’être très vigilants avec la chaleur. Cette femme est extraordinaire, nous sommes admiratifs !!! 

Passage devant la mairie, sortie de ville très agréable avec un balcon sur la vallée
Passage devant la mairie, sortie de ville très agréable avec un balcon sur la vallée
Passage devant la mairie, sortie de ville très agréable avec un balcon sur la vallée
Passage devant la mairie, sortie de ville très agréable avec un balcon sur la vallée

Passage devant la mairie, sortie de ville très agréable avec un balcon sur la vallée

Notre parcours est séquencé par deux petites villes, campagne ovicole jusqu’à La Habla, des centaines de moutons tatoués d’une couronne rouge.

Les moutons
Les moutons

Les moutons

La Habla, nous nous sommes bêtements arrêtés au premier bar du village où nous avons été ignorés, invisibles pendant un bon moment puis finalement servis mais sans aucune empathie, alors qu’un peu plus loin se trouvent de sympathiques petits bars où on vous met gentiment sur le bon chemin sans que vous n’ayez rien consommé. 
Le conseil du jour : ne vous arrêtez pas au premier bar de La Habla. Nous avons vu nos cigognes sur le toit de l’église claquetant, plaisir et rendez vous quotidien.

La Habla (Albergue fermée depuis la pandémie)
La Habla (Albergue fermée depuis la pandémie)
La Habla (Albergue fermée depuis la pandémie)

La Habla (Albergue fermée depuis la pandémie)

Ensuite jusqu’à Don Benito, grande, immense pleine agricole. Blé, avoine et autres plantations que nous n’avons pas su identifier. La terre est très brune, les haies fleuries remplies de butineuses et de papillons, un enchantement à écouter et à voir. 

Vallee agricole
Vallee agricole
Vallee agricole
Vallee agricole
Vallee agricole
Vallee agricole

Vallee agricole

Nous n’aurons pas vu grand chose de Don Benito lors de notre traversée, ville pourtant importante avec une belle église, le chemin ne passe pas sur sa belle place, nous verrons les arènes cependant et ferons une pause flotte dans un bar accueillant. J’espère que nous savons mieux les flairer à présent. Là aussi, on s’interroge sur notre bien-être et on nous encourage à la prudence, les jours qui viennent promettent d’être très chauds. Canicule en perspective.

Une église moderne, les arènes et deux petits curieux
Une église moderne, les arènes et deux petits curieux
Une église moderne, les arènes et deux petits curieux

Une église moderne, les arènes et deux petits curieux

Nous avons du enjamber une voie ferrée pour quitter la ville avec des bas côtés très étroits, prudence 

Prudence en quittant Don Benito

Prudence en quittant Don Benito

Puis, ce sont des pistes de poussières sans ombre longeant une voie ferrée et de grands champs d’un côté et la route de l’autre. Non ce n’est pas tous les jours bucolique. 

Ce que nous retiendrons, ce sont les immenses plantations de tomates de plein champs et au loin, le château de Medellin vers lequel nous n’en finissons plus d’arriver.

Mais (si si) et tomates de plein champs
Mais (si si) et tomates de plein champs
Mais (si si) et tomates de plein champs
Mais (si si) et tomates de plein champs

Mais (si si) et tomates de plein champs

Enfin, nous arrivons à Medellin et en suivant les flèches jaunes, nous arrivons jusqu’au pont devant lequel se trouve l’hôtel Rio. Pris d’une impulsion, et bien accueillis, nous décidons de rentrer y déjeuner. Il est 14h et nous n’avons pas trouvé de coin à l’ombre pour notre pique-nique. Installés, commande prise, je vais me rafraîchir avant le repas et en ouvrant la porte je me cogne à José Antonio suivi de près par Pedro, installés là et qui venaient déjeuner. 

Nous retrouvons nos camarades primos

Nous retrouvons nos camarades primos

Medellin et ses cigognes

Medellin et ses cigognes

Nous avons ensuite essayé de rejoindre le polideportivo qui fait l’accueil pèlerin, mais tout semble fermé et les numéros de téléphones indiqués ne répondent pas. Finalement, nous suivons des jeunes et entrons dans le gymnase. Il y a là un pèlerin cycliste qui nous montre la salle de gymnastique où se trouvent d’épais tapis et au fond tous les outils rêvés des salles de musculation. Nous pouvons disposer de cet espace. Sur le côté sont entassés d’épais tapis de sol. Pas de problème pour nous bien rompus aux tatamis, il y a des douches collectives, parfait mais et c’est la que ça coince, à partir de 18:30, les gens viennent à des cours collectifs qui durent jusqu’à 10:30 avec les musiques à fond caractéristiques de ces pratiques. 

Les jours à venir vont être difficiles avec les grosses chaleurs. Un repos salvateur est nécessaire. Tant pis, nous nous replions sur le petit hôtel Rio par ailleurs recommandé par l’association. 

Espérons que demain a Torrefresneda l’auberge sera bien opérationnelle.

Repli à l’hôtel Rio et rituels lessive rodée, vue sur le puente Romano
Repli à l’hôtel Rio et rituels lessive rodée, vue sur le puente Romano
Repli à l’hôtel Rio et rituels lessive rodée, vue sur le puente Romano

Repli à l’hôtel Rio et rituels lessive rodée, vue sur le puente Romano

Commenter cet article
C
merci pour ces belles photos pour le recit qui donne envie de partir je m y prepare mais doucement <br /> bonne continuation a tous les deux
Répondre
P
C’est un merveilleux chemin merci pour votre message