Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Nos voyages lents, Saint-Jacques, Shikoku,...

Nos voyages lents, Saint-Jacques, Shikoku,...

Pour vous faire partager nos voyages lents sur les chemins de Saint Jacques et tous les beaux chemins du monde...

Publié le par Pascale Aurejac Rovira
Publié dans : #Camino Mozarabe

Hier soir Jean-Louis m’a préparé une excellente salade avec deux tomates bien mûres, des artichauts et de bons oignons blancs. Nous avons aussi partagé un melon espagnol, de quoi refaire nos réserves en eau ! Mais ça fait un bien fou de manger des légumes frais. 

Salade fraiche

Salade fraiche

Nous avons dormi sous le clocher, sous la vigilance bienveillante des cigognes

Nous avons dormi sous le clocher, sous la vigilance bienveillante des cigognes

Ce matin, nous étions réveillés très tôt et notre idée était selon les recommandations de l’association de prendre un bus, restait à savoir l’horaire du bus qui pourrait nous amener à 9km de là, nous évitant de longer l’autoroute.

Le bar est ouvert à 6h, nous y sommes vers 6:30 et lorsque j’essaie de m’informer, la jeune femme du bar s’insurge et me demande si je ne suis pas capable de marcher. Ce à quoi j’essaie de lui expliquer qu’on m’a dit que la route était mauvaise et dangereuse jusqu’à San Pedro. Elle me détrompe énergiquement, c’est mauvais pour arriver mais le chemin est bon pour partir et en ce qui concerne les bus c’est peut être 8h ou 8h30 ou 9h ou encore 9h30. Jean-Louis n’arrive pas à obtenir plus d’information à l’extérieur et hier à la mairie, personne n’en savait rien non plus. Coalition du silence pour nous faire marcher. L’affaire est entendue, nous partons à pied. 

Nous prenons la route à 7:10

Nous prenons la route à 7:10

En fait nous allons longer l’autoroute une bonne partie de la journée, en fait jusqu’au dernier village avant Merida qui est Trujillanos. Un coup à gauche, puis à droite. Ça reste une zone de culture intensive avec les immenses champs de tomates et nous avons identifié l’autre culture, ce sont des tournesols. 

En partant Jean-Louis est heureux de pouvoir admirer longuement un petit chardonneret perché bien sagement

En partant Jean-Louis est heureux de pouvoir admirer longuement un petit chardonneret perché bien sagement

Tournesol et tomates
Tournesol et tomates

Tournesol et tomates

L’autoroute et le goût des cigognes ne s’arrête pas aux clochers
L’autoroute et le goût des cigognes ne s’arrête pas aux clochers

L’autoroute et le goût des cigognes ne s’arrête pas aux clochers

De beaux arbres et des blés mûrs moissonnés toujours aussi beaux à prendre en photo.

Les blés mûrs
Les blés mûrs

Les blés mûrs

À San Pedro nous ferons l’achat de deux délicieuses oranges et de deux bananes sur un mini marché pour nous rafraîchir. Les températures montent et sont promises au delà de 30 degré dans l’après-midi. Nous ne mollissons pas et reprenons notre route non sans avoir demandé à une dame qui balayait devant sa maison de l’eau pour refaire le plein des gourdes.

Sam Pedro
Sam Pedro

Sam Pedro

Trujillanos, pause dans un bar et on enchaîne par une piste, il ne reste qu’une dizaine de kilomètres mais qu’ils seront difficiles ces derniers kilomètres pas d’ombre et soleil au zénith. Ça y est nous sommes à 30 degré mais la ville apparaît et ses vestiges romains. Nous arrivons plein ouest direct sur l’aqueduc et l’amphithéâtre.

Trujillanos et ses cigognes
Trujillanos et ses cigognes

Trujillanos et ses cigognes

Merida et ses cigognes
Merida et ses cigognes
Merida et ses cigognes
Merida et ses cigognes

Merida et ses cigognes

Nous filons à l’auberge où toutes les places du bas sont occupées déjà ! Nous pouvons nous poser sur celles du haut, au choix, nous nous installons sur les deux premières au grand mécontentement d’un monsieur qui nous avait laissé dehors à notre arrivée. En fait c’est un français et pour nous dire d’aller nous installer plus loin il a retrouvé son français. Il insiste en disant qu’il va nous déranger demain matin car il part tôt, je l’ai rassuré en lui disant que nous dégagions très tôt aussi et nous sommes restés près de la sortie. Il va falloir apprendre à nouveau la cohabitation avec toutes sortes de personnes.

L’auberge municipale de Merida, un ancien moulin
L’auberge municipale de Merida, un ancien moulin
L’auberge municipale de Merida, un ancien moulin

L’auberge municipale de Merida, un ancien moulin

Notre douche prise, nous filons retrouver nos copains pour partager un dernier repas avec eux. Nos géants repartent demain matin, José reprend le travail. Ils reprendront le chemin à Merida au printemps pour arriver à Santiago à Pâques.

Nos belles rencontres du chemin qui tissent des amitiés solides, Eugenio, Pedro et José Antonio du Mozarabe. 

Demain nous continuons sur la Plata

L’un des plus beau cadeau du chemin, les rencontres et la naissance de longues amitiés

L’un des plus beau cadeau du chemin, les rencontres et la naissance de longues amitiés

Commenter cet article