Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Nos voyages lents, Saint-Jacques, Shikoku,...

Nos voyages lents, Saint-Jacques, Shikoku,...

Pour vous faire partager nos voyages lents sur les chemins de Saint Jacques et tous les beaux chemins du monde...

Publié le par Pascale Aurejac Rovira
Publié dans : #Plata 2022

Ce matin grasse matinée avec un départ à 8h15, le petit déjeuner était servi à 7:30. Nous avons réservé un petit hôtel à Salamanque week-end de fête et nous avons joué la sécurité et le confort ne sachant pas comment évolueraient les piqûres de Jean-Louis. Plus piqûres de scolopendre, venin à diffusion lente, que d’araignée à la lumière de l’évolution du poison qui continue à diffuser. Avec le produit qu’on nous a donné, les médicaments, ça s’apaise progressivement. 

Départ de San Pedro et de sa casa rural
Départ de San Pedro et de sa casa rural

Départ de San Pedro et de sa casa rural

Sur notre route un petit village Morille où bon nombre de nos camarades ont poussé hier soir. Un bar, fermé et une albergue parait il tres bien et tres grande. C’est juste à 4 km de San Pedro et municipal. Bon à savoir pour les suivants. 
A Morille il y a aussi de rigolotes installations preuve certainement du dynamisme de ce petit village. 

Sur la première partie de notre marche du jour, nous croiserons surtout de beaux troupeaux de bovins. Vaches curieuses, petits craintifs.

Vers Morille
Vers Morille
Vers Morille
Vers Morille
Vers Morille
Vers Morille

Vers Morille

A Morille nous ne sommes plus qu’à 428 km de Santiago tous les espoirs nous sont permis
A Morille nous ne sommes plus qu’à 428 km de Santiago tous les espoirs nous sont permis
A Morille nous ne sommes plus qu’à 428 km de Santiago tous les espoirs nous sont permis
A Morille nous ne sommes plus qu’à 428 km de Santiago tous les espoirs nous sont permis
A Morille nous ne sommes plus qu’à 428 km de Santiago tous les espoirs nous sont permis
A Morille nous ne sommes plus qu’à 428 km de Santiago tous les espoirs nous sont permis
A Morille nous ne sommes plus qu’à 428 km de Santiago tous les espoirs nous sont permis
A Morille nous ne sommes plus qu’à 428 km de Santiago tous les espoirs nous sont permis
A Morille nous ne sommes plus qu’à 428 km de Santiago tous les espoirs nous sont permis

A Morille nous ne sommes plus qu’à 428 km de Santiago tous les espoirs nous sont permis

Après Morille nous retrouvons toujours les fameuses Dehesa qui contiennent de très grands troupeaux en quasi liberté dans ces grands espaces, le jour avance et les animaux sont couchés tranquillement à l’ombre. Nous autres pèlerins réveillons leur paisible curiosité.

Les prairies et les grands troupeaux
Les prairies et les grands troupeaux
Les prairies et les grands troupeaux
Les prairies et les grands troupeaux
Les prairies et les grands troupeaux

Les prairies et les grands troupeaux

Plus rien jusqu’à Salamanque que nous commençons à apercevoir de loin. Imaginez nous sommes à une quinzaine de kilomètres. 

En chemin nous croisons un jeune agriculteur sur son tracteur qui s’arrête pour s’assurer que tout va bien pour nous. Nous passons un long et agréable moment en sa compagnie, en fait il est fonctionnaire à Salamanque mais a pris une année sabbatique pour travailler dans l’exploitation familiale, son père de 75 ans a pris la retraite. La suite, … problème ici comme chez nous avec aussi les aléas climatiques de plus en plus fréquents.

Il nous quitte avec son grand sourire en nous souhaitant un bon chemin.

La campagne avant Salamanque ses troupeaux et David agriculteur pour une année sabbatique en attendant de trouver une solution pour la reprise de l’exploitation familiale. Jeune homme très cultivé en histoire, nous n’avons pas osé demander, universitaire ?
La campagne avant Salamanque ses troupeaux et David agriculteur pour une année sabbatique en attendant de trouver une solution pour la reprise de l’exploitation familiale. Jeune homme très cultivé en histoire, nous n’avons pas osé demander, universitaire ?
La campagne avant Salamanque ses troupeaux et David agriculteur pour une année sabbatique en attendant de trouver une solution pour la reprise de l’exploitation familiale. Jeune homme très cultivé en histoire, nous n’avons pas osé demander, universitaire ?
La campagne avant Salamanque ses troupeaux et David agriculteur pour une année sabbatique en attendant de trouver une solution pour la reprise de l’exploitation familiale. Jeune homme très cultivé en histoire, nous n’avons pas osé demander, universitaire ?
La campagne avant Salamanque ses troupeaux et David agriculteur pour une année sabbatique en attendant de trouver une solution pour la reprise de l’exploitation familiale. Jeune homme très cultivé en histoire, nous n’avons pas osé demander, universitaire ?
La campagne avant Salamanque ses troupeaux et David agriculteur pour une année sabbatique en attendant de trouver une solution pour la reprise de l’exploitation familiale. Jeune homme très cultivé en histoire, nous n’avons pas osé demander, universitaire ?
La campagne avant Salamanque ses troupeaux et David agriculteur pour une année sabbatique en attendant de trouver une solution pour la reprise de l’exploitation familiale. Jeune homme très cultivé en histoire, nous n’avons pas osé demander, universitaire ?
La campagne avant Salamanque ses troupeaux et David agriculteur pour une année sabbatique en attendant de trouver une solution pour la reprise de l’exploitation familiale. Jeune homme très cultivé en histoire, nous n’avons pas osé demander, universitaire ?

La campagne avant Salamanque ses troupeaux et David agriculteur pour une année sabbatique en attendant de trouver une solution pour la reprise de l’exploitation familiale. Jeune homme très cultivé en histoire, nous n’avons pas osé demander, universitaire ?

Le prochain petit village avec quelques chances de trouver un bar ouvert se trouve un poil hors chemin. C’est Miranda de Azan, 300m hors chemin, nous nous y engageons prêts aujourd’hui à traîner car les temperatures resteront clémentes. 

Le premier bar restaurant ouvert est aux 400 coups attendant beaucoup de monde et gentiment il nous propose d’aller dans l’autre bar du village. 

Il y a là des gens du village, c’est plus modeste, il y a quelques tapas qui ne nous inspirent pas beaucoup. Le patron nous propose bocadillos au chorizo ou au saucisson, un peu sec à mon avis, je demande s’il peut y ajouter du fromage et il nous répond qu’il n’en n’a pas. Jean-Louis me dit laisse tomber, on va boire un coup et nous irons à la tienda. Là le patron a du bien comprendre ce qui a été dit car il nous dit d’attendre et il file et revient avec un morceau de fromage bien emballé. A votre avis, il est allé le chercher oú ? 

Nous avons bu et mangé notre sandwich ma foi fort généreux et bon. 

D’ailleurs au moment de la note de l’ordre de 11€, comme Jean-Louis n’avait pas de monnaie il s’est contenté des 10€. Il nous a un peu assaisonné mais du coup à 10€ ça reste correct  et n’oublions pas qu’il est allé nous chercher du fromage à la tienda !

Pause à Miranda de Azan
Pause à Miranda de Azan
Pause à Miranda de Azan
Pause à Miranda de Azan
Pause à Miranda de Azan

Pause à Miranda de Azan

Nous retrouvons très vite notre chemin et outre les grands troupeaux, les champs de blés sont dorés, bordés de coquelicots et de bleuets.

Je me régale, le sentier file loin devant nous et serpente, je me souviens de notre premier chemin sur la meseta avec les champs à perte de vue et les coquelicots qui nous avaient tant faits plaisirs à revoir. 

La ville s’approche, en chemin nous avons une discussion très animée sur ce que contiennent respectivement les bottes rondes et les grosse bottes rectangulaires. Y a t il parmi vous un expert pour nous mettre d’accord ?

Soudain, un homme petite quarantaine arrive en courant et ralentit à notre niveau, c’est une nouvelle race de pèlerin, l’ultra traileur pèlerin qui fait en courant des étapes de 50 km, voyageant léger. Très aimablement après quelques échanges il repart en courant nous souhaitant bon chemin après avoir eu l’élégance de s’extasier sur la longueur de notre périple depuis Almeria. 

Un paysage d’été et un beau chemin
Un paysage d’été et un beau chemin
Un paysage d’été et un beau chemin
Un paysage d’été et un beau chemin
Un paysage d’été et un beau chemin
Un paysage d’été et un beau chemin
Un paysage d’été et un beau chemin
Un paysage d’été et un beau chemin

Un paysage d’été et un beau chemin

Salamanca là bas
Salamanca là bas
Salamanca là bas
Salamanca là bas

Salamanca là bas

L’arrivée dans les villes est rarement belle, nous entrons par une zone verte puis la périphérie pas très belle mais très vite, nous trouvons le pont romain, la casa de las conchas et la cathédrale que nous retournerons visiter plus tard. Notre hôtel se trouve place des carmélites tres proche du centre ville mais ce sont ces nouveaux établissements sans personnel, un appartement aménagé en hôtel, une dizaine de chambres, avec salles de bain et sanitaires partagés, nous avons opté pour une chambre avec sa salle de bain et ses sanitaires. Nous disposons aussi d’une courette où nous pourrons faire sécher notre petite lessive. Tout est niquel, mais pour trouver et entrer ce fut une autre histoire. 

Nous avons profité de la sortie d’un habitant de l’immeuble pour entrer, ensuite imaginez nous sommes dans un hall tout ce qu’il y a de plus classique, pas d’informations sur un quelconque hôtel. Jean-Louis essaie d’appeler sans résultat. En regardant la rangée de boîtes aux lettres je vois le nom de l’hôtel sur l’une d’entre elles. C’est au premier étage, devant la porte nous testons le code bingo ! Ça marche. 

Pour notre chance la jeune femme de ménage est encore là et nous a ouvert la porte, nous avons ainsi pu récupérer les clés car nous n’avons pas su utiliser leur système de déverrouillage. Et encore heureusement aussi qu’une jeune fille cliente qui sortait nous a expliqué que nous devions finaliser le règlement pour disposer de tous les codes d’accès ! Je pensais avoir déjà réglé en faisant le checking par mail. Il n’en n’était rien.

pfuuuiiii compliqué tout ça et ça manque singulièrement de chaleur. 

Salamanca et son pont romain
Salamanca et son pont romain
Salamanca et son pont romain
Salamanca et son pont romain
Salamanca et son pont romain

Salamanca et son pont romain

Nous avons fini par rentrer dans notre chambre d’hôtel très calme et assez bien situé
Nous avons fini par rentrer dans notre chambre d’hôtel très calme et assez bien situé
Nous avons fini par rentrer dans notre chambre d’hôtel très calme et assez bien situé
Nous avons fini par rentrer dans notre chambre d’hôtel très calme et assez bien situé
Nous avons fini par rentrer dans notre chambre d’hôtel très calme et assez bien situé

Nous avons fini par rentrer dans notre chambre d’hôtel très calme et assez bien situé

Le palais de las conchas et sa cour intérieure qui est une bibliothèque. Si Salamanque n’est plus la plus grande université d’Espagne, son rayonnement n’en reste pas moins très important aujourd’hui
Le palais de las conchas et sa cour intérieure qui est une bibliothèque. Si Salamanque n’est plus la plus grande université d’Espagne, son rayonnement n’en reste pas moins très important aujourd’hui
Le palais de las conchas et sa cour intérieure qui est une bibliothèque. Si Salamanque n’est plus la plus grande université d’Espagne, son rayonnement n’en reste pas moins très important aujourd’hui
Le palais de las conchas et sa cour intérieure qui est une bibliothèque. Si Salamanque n’est plus la plus grande université d’Espagne, son rayonnement n’en reste pas moins très important aujourd’hui
Le palais de las conchas et sa cour intérieure qui est une bibliothèque. Si Salamanque n’est plus la plus grande université d’Espagne, son rayonnement n’en reste pas moins très important aujourd’hui

Le palais de las conchas et sa cour intérieure qui est une bibliothèque. Si Salamanque n’est plus la plus grande université d’Espagne, son rayonnement n’en reste pas moins très important aujourd’hui

La cathédrale nouvelle et ancienne, son cosmonaute et son diablotin qui mange une glace. Fruits du travail d’un facétieux sculpteur lors de la rénovation de la cathédrale. L’ancienne a été élevée au XI, la nouvelle s’est étalée entre le XV et le XVIII
La cathédrale nouvelle et ancienne, son cosmonaute et son diablotin qui mange une glace. Fruits du travail d’un facétieux sculpteur lors de la rénovation de la cathédrale. L’ancienne a été élevée au XI, la nouvelle s’est étalée entre le XV et le XVIII
La cathédrale nouvelle et ancienne, son cosmonaute et son diablotin qui mange une glace. Fruits du travail d’un facétieux sculpteur lors de la rénovation de la cathédrale. L’ancienne a été élevée au XI, la nouvelle s’est étalée entre le XV et le XVIII
La cathédrale nouvelle et ancienne, son cosmonaute et son diablotin qui mange une glace. Fruits du travail d’un facétieux sculpteur lors de la rénovation de la cathédrale. L’ancienne a été élevée au XI, la nouvelle s’est étalée entre le XV et le XVIII
La cathédrale nouvelle et ancienne, son cosmonaute et son diablotin qui mange une glace. Fruits du travail d’un facétieux sculpteur lors de la rénovation de la cathédrale. L’ancienne a été élevée au XI, la nouvelle s’est étalée entre le XV et le XVIII
La cathédrale nouvelle et ancienne, son cosmonaute et son diablotin qui mange une glace. Fruits du travail d’un facétieux sculpteur lors de la rénovation de la cathédrale. L’ancienne a été élevée au XI, la nouvelle s’est étalée entre le XV et le XVIII
La cathédrale nouvelle et ancienne, son cosmonaute et son diablotin qui mange une glace. Fruits du travail d’un facétieux sculpteur lors de la rénovation de la cathédrale. L’ancienne a été élevée au XI, la nouvelle s’est étalée entre le XV et le XVIII
La cathédrale nouvelle et ancienne, son cosmonaute et son diablotin qui mange une glace. Fruits du travail d’un facétieux sculpteur lors de la rénovation de la cathédrale. L’ancienne a été élevée au XI, la nouvelle s’est étalée entre le XV et le XVIII
La cathédrale nouvelle et ancienne, son cosmonaute et son diablotin qui mange une glace. Fruits du travail d’un facétieux sculpteur lors de la rénovation de la cathédrale. L’ancienne a été élevée au XI, la nouvelle s’est étalée entre le XV et le XVIII
La cathédrale nouvelle et ancienne, son cosmonaute et son diablotin qui mange une glace. Fruits du travail d’un facétieux sculpteur lors de la rénovation de la cathédrale. L’ancienne a été élevée au XI, la nouvelle s’est étalée entre le XV et le XVIII

La cathédrale nouvelle et ancienne, son cosmonaute et son diablotin qui mange une glace. Fruits du travail d’un facétieux sculpteur lors de la rénovation de la cathédrale. L’ancienne a été élevée au XI, la nouvelle s’est étalée entre le XV et le XVIII

L’université et sa tête de mort surmontée d’une grenouille symbole de la luxure à droite sur le pilastre de gauche
L’université et sa tête de mort surmontée d’une grenouille symbole de la luxure à droite sur le pilastre de gauche

L’université et sa tête de mort surmontée d’une grenouille symbole de la luxure à droite sur le pilastre de gauche

Nous avons pris du retard sur nos prévisions de retour et donc, nous allons être juste pour nos traitements chroniques. L’une des missions du jour sera de contacter nos médecins respectifs pour une ordonnance d’un mois supplémentaire pour faire le lien. Nous recevons tous les deux nos ordonnances en temps et en heure et pouvons tout nous faire délivrer sans problème. Pour Jean-Louis c’est même du générique de chez MSD sous la marque Organon ! Nous faisons bosser MSD espagne ! (La boîte pour laquelle j’ai travaillé la plus grande partie de ma vie)

Nous pensons arriver à Saint Jacques de Compostelle autour du 26 juin à deux jours près pour le retour en suivant. 

Étape 42 : San Pedro à Salamanque 25,14 km +190 m -352 m

La belle place Mayor est animée par un orchestre symphonique et les terrasses sont combles. Nous y traînons un peu, puis nous allons dîner très bien dans un restaurant tout proche de notre hôtel. 

Lors de notre flânerie en ville nous avons été interpellés par le jeune couple australien, nous avons croisé Pierre, son fils et l’allemand qui nous avait proposé de partager un taxi, Pilar et Miguel, j’ai aperçu Tadeus. 

Ce fut une tres belle journée et nous avons pu profiter avec bonheur de cette très belle ville, réservée aux piétons. 

La très belle plaza Mayor
La très belle plaza Mayor
La très belle plaza Mayor
La très belle plaza Mayor
La très belle plaza Mayor

La très belle plaza Mayor

Nous retrouvons nos camarades de voyage

Nous retrouvons nos camarades de voyage

En rentrant, il est près de 10h et sur notre place des carmélites l’animation est à son plein, il fait frais et c’ est veille de fête
En rentrant, il est près de 10h et sur notre place des carmélites l’animation est à son plein, il fait frais et c’ est veille de fête
En rentrant, il est près de 10h et sur notre place des carmélites l’animation est à son plein, il fait frais et c’ est veille de fête
En rentrant, il est près de 10h et sur notre place des carmélites l’animation est à son plein, il fait frais et c’ est veille de fête

En rentrant, il est près de 10h et sur notre place des carmélites l’animation est à son plein, il fait frais et c’ est veille de fête

Commenter cet article