Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Nos voyages lents, Saint-Jacques, Shikoku,...

Nos voyages lents, Saint-Jacques, Shikoku,...

Pour vous faire partager nos voyages lents sur les chemins de Saint Jacques et tous les beaux chemins du monde...

Publié le par Pascale Aurejac Rovira
Publié dans : #Plata 2022

Dîner communautaire très sympathique autour d’une belle table, il y a là Mike, Steven, notre Hollandaise et nos hôtes, Angela et Paco. Rien à faire, ils se sont occupés de tout, du repas au nettoyage. Angela nous a préparé un Salmonejo (différence avec le Gaspacho: seulement des tomates, de l’ail et de pain pour épaissir.) ici pas d’œuf ni de jambon émiettés car ce soir nous avons un végétarien, Steven et un vegan Mike. 

Pas simple en Espagne mais gérable. Ensuite un plat de pâtes bolognaises ou au pesto. Fruits ou Natilla. Du vin rouge et de l’eau, un très bon dîner. 

De grandes discussions autour de ce que les uns et les autres mangent. Ainsi pour le Salmonejo, Angela nous a proposé des croûtons, Mike avant de se lancer s’est assuré qu’ils n’avaient pas été grillés au beurre. Ouf huile d’olive tout va bien. 

Concensus pour un petit déjeuner commun à 6:00 et nous étions sur la route à 6:13. Merci Angela et Paco. Nous retiendrons cette belle halte et nous vous la recommandons vivement. 

Auberge municipale de Fontanillas tenue par Paco et Angela formidables
Auberge municipale de Fontanillas tenue par Paco et Angela formidables
Auberge municipale de Fontanillas tenue par Paco et Angela formidables
Auberge municipale de Fontanillas tenue par Paco et Angela formidables
Auberge municipale de Fontanillas tenue par Paco et Angela formidables

Auberge municipale de Fontanillas tenue par Paco et Angela formidables

Nous craignons un peu cette longue étape. La météo nous est favorable, soleil voilé, mais plus de 35 km c’est chaud et quelques petites montées dont une surtout en perspective. 

Angela nous a rassurés hier soir, le chemin est beau et agréable. Ils nous conseillent de prendre le chemin et pas la route après le pont du Rio Esla (grimpette un peu technique peut être à éviter par temps très pluvieux et si mauvaise condition physique). Nous l’avions pris il y a 4 ans et je sais juste que la vue est très belle là haut. 

Nous avons une dizaine de kilomètres jusqu’à Granja de Morula où les chemins se séparent et où nous avions fait halte il y a 4 ans.

Nous cheminons sur une voie sableuse agréable à travers de vastes Dehesa. Sur le guide le chemin zappe le premier petit village tout endormi, nous faisons de même et nous gagnons quelques centaines de mètres. Nous savons que nous pourrons faire une pause à Granja à une dizaine de kilomètres de notre point de départ. 

Début du voyage du jour
Début du voyage du jour
Début du voyage du jour
Début du voyage du jour

Début du voyage du jour

Nous arrivons à la bonne heure pour couper par une pause bar à Granja. Le bar Teleclub détient les clés de l’auberge ce qui nous donne l’idée d’y laisser un petit mot avec nos coordonnées pour Tadeus et Igor qui dormiront là ce soir.

Nous reconnaissons avec plaisir les lieux, le bar et l’auberge. 

Photo de l’église sur laquelle se trouve la plaque de séparation des deux chemins, vers le frances ou le sanabres et je croise Steven, sanabres pour nous, Astorga et retour à la maison pour lui. 

Granja de Moreruela son bar et son auberge municipale, ce que nous avons gagné dans le village précédent nous l’avons perdu ici pour faire un petit détour au bar dont je me souvenais très bien, cela nous a donné l’occasion de laisser un petit mot pour nos amis Igor et Tadeus. Tadeus file sur le Frances, peut être reverrons nous Igor.
Granja de Moreruela son bar et son auberge municipale, ce que nous avons gagné dans le village précédent nous l’avons perdu ici pour faire un petit détour au bar dont je me souvenais très bien, cela nous a donné l’occasion de laisser un petit mot pour nos amis Igor et Tadeus. Tadeus file sur le Frances, peut être reverrons nous Igor.
Granja de Moreruela son bar et son auberge municipale, ce que nous avons gagné dans le village précédent nous l’avons perdu ici pour faire un petit détour au bar dont je me souvenais très bien, cela nous a donné l’occasion de laisser un petit mot pour nos amis Igor et Tadeus. Tadeus file sur le Frances, peut être reverrons nous Igor.
Granja de Moreruela son bar et son auberge municipale, ce que nous avons gagné dans le village précédent nous l’avons perdu ici pour faire un petit détour au bar dont je me souvenais très bien, cela nous a donné l’occasion de laisser un petit mot pour nos amis Igor et Tadeus. Tadeus file sur le Frances, peut être reverrons nous Igor.
Granja de Moreruela son bar et son auberge municipale, ce que nous avons gagné dans le village précédent nous l’avons perdu ici pour faire un petit détour au bar dont je me souvenais très bien, cela nous a donné l’occasion de laisser un petit mot pour nos amis Igor et Tadeus. Tadeus file sur le Frances, peut être reverrons nous Igor.
Granja de Moreruela son bar et son auberge municipale, ce que nous avons gagné dans le village précédent nous l’avons perdu ici pour faire un petit détour au bar dont je me souvenais très bien, cela nous a donné l’occasion de laisser un petit mot pour nos amis Igor et Tadeus. Tadeus file sur le Frances, peut être reverrons nous Igor.
Granja de Moreruela son bar et son auberge municipale, ce que nous avons gagné dans le village précédent nous l’avons perdu ici pour faire un petit détour au bar dont je me souvenais très bien, cela nous a donné l’occasion de laisser un petit mot pour nos amis Igor et Tadeus. Tadeus file sur le Frances, peut être reverrons nous Igor.
Granja de Moreruela son bar et son auberge municipale, ce que nous avons gagné dans le village précédent nous l’avons perdu ici pour faire un petit détour au bar dont je me souvenais très bien, cela nous a donné l’occasion de laisser un petit mot pour nos amis Igor et Tadeus. Tadeus file sur le Frances, peut être reverrons nous Igor.

Granja de Moreruela son bar et son auberge municipale, ce que nous avons gagné dans le village précédent nous l’avons perdu ici pour faire un petit détour au bar dont je me souvenais très bien, cela nous a donné l’occasion de laisser un petit mot pour nos amis Igor et Tadeus. Tadeus file sur le Frances, peut être reverrons nous Igor.

Nous avons à présent 18 km sans rien du tout et une grimpette en montagne dont Jean-Louis se souvient fort bien car il s’était un peu inquiété et ce souvenir lui revient très précisément lorsque nous arrivons en vue du pont. 

Un avertissement très clair engage les VTT à éviter le bord de l’Elsa. Le début sur de gros blocs est un peu impressionnant mais nous cheminons ensuite sur le bord de l’eau sous couvert par un sentier et c’est très agréable.

Vient ensuite la montée loin d’être terrible, et le point de vue qui va avec. La photo de couverture est l’un d’entre eux. 

En quittant Granja un pigeonnier et une cave à vin semi enterrée
En quittant Granja un pigeonnier et une cave à vin semi enterrée

En quittant Granja un pigeonnier et une cave à vin semi enterrée

Difficile à rendre mais d’un seul coup nous avons l’impression que la route plonge dans le vide, en fait c’est une descente très raide vers la rivière
Difficile à rendre mais d’un seul coup nous avons l’impression que la route plonge dans le vide, en fait c’est une descente très raide vers la rivière

Difficile à rendre mais d’un seul coup nous avons l’impression que la route plonge dans le vide, en fait c’est une descente très raide vers la rivière

Une très belle balade vraiment dont il ne faut pas se priver par temps clair
Une très belle balade vraiment dont il ne faut pas se priver par temps clair
Une très belle balade vraiment dont il ne faut pas se priver par temps clair
Une très belle balade vraiment dont il ne faut pas se priver par temps clair
Une très belle balade vraiment dont il ne faut pas se priver par temps clair
Une très belle balade vraiment dont il ne faut pas se priver par temps clair
Une très belle balade vraiment dont il ne faut pas se priver par temps clair
Une très belle balade vraiment dont il ne faut pas se priver par temps clair
Une très belle balade vraiment dont il ne faut pas se priver par temps clair
Une très belle balade vraiment dont il ne faut pas se priver par temps clair
Une très belle balade vraiment dont il ne faut pas se priver par temps clair
Une très belle balade vraiment dont il ne faut pas se priver par temps clair

Une très belle balade vraiment dont il ne faut pas se priver par temps clair

Nous arrivons sur un haut plateau et nous retrouvons les chênes verts, les cistes, hélas floraison terminée, au loin les prairies cultivées entres les anciens chênes verts. Le temps passe plus vite quand c’est si beau. Les odeurs des aromates nous saisissent au passage. 

Sur le plateau
Sur le plateau
Sur le plateau
Sur le plateau
Sur le plateau
Sur le plateau
Sur le plateau

Sur le plateau

Puis c’est une longue piste qui nous conduit vers le prochain village où nous devrions pouvoir faire notre pause déjeuner. De gros nuages couvrent le ciel et le vent souffle mais il n’y aura pas de pluie. 

Nous aurons juste droit à un ciel charbonneux. Par malchance nous loupons un croisement et nous nous retrouvons sur la route face au village Faramontanos de Tabara. Il y a la un bar à tapas et un restaurant Nemesio qui a bonne presse. Petit détour supplémentaire, il est 13:00 la bonne heure pour déjeuner. L’accueil est excellent et les prix très corrects. Nous avons eu un menu comprenant notamment une sole très bien cuite rosée à l’arête, nous avons bu un litre d’eau chacun et refait le plein de nos bouteilles. Le tampon de ce restaurant est très joli. 

Nous voici parés pour les 7 prochains kilomètres jusqu’à Tabara chez José De Almeida, écrivain et pèlerin mais aussi président de l’association qui s’occupe du Sanabres, réseau dont font partir Paco et Angela.

Les drôles de maisons enterrées pour stocker le vin
Les drôles de maisons enterrées pour stocker le vin
Les drôles de maisons enterrées pour stocker le vin
Les drôles de maisons enterrées pour stocker le vin

Les drôles de maisons enterrées pour stocker le vin

Restaurant Nemesio pour une très bonne pause déjeuner ils ont aussi un joli celio
Restaurant Nemesio pour une très bonne pause déjeuner ils ont aussi un joli celio
Restaurant Nemesio pour une très bonne pause déjeuner ils ont aussi un joli celio

Restaurant Nemesio pour une très bonne pause déjeuner ils ont aussi un joli celio

L’église et sa plaque explicative à destination des pèlerins
L’église et sa plaque explicative à destination des pèlerins
L’église et sa plaque explicative à destination des pèlerins

L’église et sa plaque explicative à destination des pèlerins

Il ne reste que 7 km pour arriver à la bonne auberge municipale de Tabara. Nous traversons une forêts puis nous longeons de jolies murets assemblés en pierre et enfin nous apercevons le clocher si typique de l’église de Tabara. Début XI puis reconstruction Romane XIII et pour finir ce clocher du XV et bien sur des nids de cigognes aux quatre coins. 

Le vent fait tourner les éoliennes
Le vent fait tourner les éoliennes

Le vent fait tourner les éoliennes

Chênes verts, le chemin a été quelque peu détourné pour enjamber la voie du train rapide qui n’existait pas lors de notre dernier passge
Chênes verts, le chemin a été quelque peu détourné pour enjamber la voie du train rapide qui n’existait pas lors de notre dernier passge

Chênes verts, le chemin a été quelque peu détourné pour enjamber la voie du train rapide qui n’existait pas lors de notre dernier passge

De jolis murs, l’architecte s’interroge devant ce bout de mur renflé qui semble très ancien
De jolis murs, l’architecte s’interroge devant ce bout de mur renflé qui semble très ancien
De jolis murs, l’architecte s’interroge devant ce bout de mur renflé qui semble très ancien

De jolis murs, l’architecte s’interroge devant ce bout de mur renflé qui semble très ancien

La belle église de Tabara qui abrite bien des oiseaux
La belle église de Tabara qui abrite bien des oiseaux
La belle église de Tabara qui abrite bien des oiseaux
La belle église de Tabara qui abrite bien des oiseaux
La belle église de Tabara qui abrite bien des oiseaux
La belle église de Tabara qui abrite bien des oiseaux

La belle église de Tabara qui abrite bien des oiseaux

Il faut suivre les panneaux installés en hauteur pour trouver l’auberge à la sortie de la ville. Un bâtiment neuf y est accolé où se trouvent à présent deux chambres avec des lits simples. 

Il y a deux douches et deux wc pour chaque salle de bain, celle des hommes et celle des filles.

La grande pièce et l’accueil reste le même, chaleureux. Ici on lave votre linge, on vous fait dîner et petit déjeuner. Et José vous offre une coquille martelée dans du cuir. 

Certaines choses ne changent pas et c’est drôlement bien. 

L’auberge de Tabara un des lieux qui nous avait le plus marqué pour l’accueil extraordinaire que nous y avions reçu alors que j’étais littéralement lessivée par le mauvais temps. Le lendemain nous étions repartis totalement revigorés
L’auberge de Tabara un des lieux qui nous avait le plus marqué pour l’accueil extraordinaire que nous y avions reçu alors que j’étais littéralement lessivée par le mauvais temps. Le lendemain nous étions repartis totalement revigorés
L’auberge de Tabara un des lieux qui nous avait le plus marqué pour l’accueil extraordinaire que nous y avions reçu alors que j’étais littéralement lessivée par le mauvais temps. Le lendemain nous étions repartis totalement revigorés
L’auberge de Tabara un des lieux qui nous avait le plus marqué pour l’accueil extraordinaire que nous y avions reçu alors que j’étais littéralement lessivée par le mauvais temps. Le lendemain nous étions repartis totalement revigorés

L’auberge de Tabara un des lieux qui nous avait le plus marqué pour l’accueil extraordinaire que nous y avions reçu alors que j’étais littéralement lessivée par le mauvais temps. Le lendemain nous étions repartis totalement revigorés

Commenter cet article